De l’ambiguïté

Cet article a été traduit de l’anglais depuis patheos.com. L’article original a été écrit par Dave Armstrong le 5 décembre 2019.


C’est l’une des marques de fabrique de la mentalité de la dissidence « catholique ». Je l’ai observée et commentée pendant plus de 20 ans. Elle est principalement utilisée pour caractériser les documents de Vatican II, mais elle s’applique également à des choses comme le catéchisme et les déclarations du pape François (en particulier Amoris Laetitia).

[…]

Je voudrais recueillir quelques-unes de mes observations au fil des ans (sans ordre particulier) sur la façon dont les dissidents utilisent cette accusation pour abattre les enseignements d’un concile œcuménique :

Nous sommes informés que Dieu n’a pas empêché Vatican II de tomber entre les mains de méchants conspirateurs hérétiques, mais uniquement dans le sens de l’ambiguïté, et non d’une hérésie formelle. [Les dissidents] croient apparemment que tous les conciles précédents faisaient autorité et engageaient l’infaillibilité, alors que Vatican II serait néfaste. Qu’est-ce que Dieu a fait, a-t-il oublié sa promesse ou s’est-il endormi ? Faut-il croire que tous les autres conciles œcuméniques ont réussi à échapper à ce sort ?
Reflections on Radical Catholic Reactionaries [déc. 2002], p. 102, n° 229

Je suppose que la Sainte Écriture souffre également de ces mêmes lacunes manifestes d’«ambiguïté». Combien de mensonges elle a engendrés! Regardez le protestantisme, la version «rien que la Bible» du christianisme, avec toutes ses écoles de pensée rivales. Loin de la Bible, alors ! Après tout, tant de cultes hérétiques ont tiré de fausses doctrines de diverses interprétations «ambiguës» des textes bibliques. S’il n’y avait pas eu la Bible, ils n’existeraient sûrement même pas. Par conséquent, la Bible a dû les causer.

Ibid. p. 102, n° 230

L’argument de «l’ambiguïté» est extrêmement nébuleux et subjectif par sa nature même. Si l’on fait remarquer que telle ou telle doctrine peut avoir une interprétation orthodoxe et un développement cohérent, le [dissident] répond que les conspirateurs conciliaires y ont placé un langage ambigu, afin qu’il soit renversé plus tard. En d’autres termes, leur interprétation cynique est toujours la «gagnante» parce qu’ils sont toujours prêts à utiliser le tour de passe-passe simpliste de «l’ambiguïté».

Ibid., P. 103, n° 234

Je nie ce concept de quasi-défectuosité, car les conciles œcuméniques ne peuvent pas s’écarter de la foi de cette manière, s’ils sont réellement des conciles œcuméniques. Ainsi, le seul recours rationnel pour les dissidents qui méprisent Vatican II est de prouver qu’il n’est pas un concile œcuménique valable en premier lieu – une tâche certainement impossible. Sachant que cela est impossible, je suppose donc qu’ils ont recours à la charge creuse d’«ambiguïté» et de «compromis», afin de dénigrer le concile dont ils détestent les enseignements, pour des raisons erronées. Il est valable, mais en quelque sorte simultanément répréhensible et une rupture par rapport au catholicisme – précisément comme ils le pensent au sujet des papes récents et de la nouvelle Messe. C’est un jeu stupide, dangereux et inutile, et spirituellement dangereux pour les âmes.

Ibid., P. 92, n ° 204

Il reste évidemment vrai que le concile et son soi-disant «esprit» ou interprétation (hétérodoxe) ne sont pas identiques. Les dissidents veulent attribuer tous les stupides enseignements modernistes des cinquante dernières années au concile lui-même. Si elle ne peut pas être attribuée à un enseignement réel, alors le subterfuge de «l’ambiguïté» délibérée est utilisé pour la Cause. Les dissidents ont créé leur propre petite boîte que personne ne peut pénétrer. Personne ne peut être en désaccord sans être lui-même estampillé de la « marque » du «modernisme» ou de l’accusation omniprésente de déni de la réalité (la marque de la maladie mentale).

Ibid., P. 94-95, n ° 210

Je ne trouve pas Vatican II particulièrement « ambigu ». Je le trouve nuancé et complexe, et je ne pense pas que qu’il soit mauvais ; c’est ce que j’attends pleinement des personnes et églises spirituellement matures.
Ibid., P. 105, n ° 241

La subtilité et la complexité sont distinctes d’une ambiguïté délibérée se prêtant intrinsèquement à une interprétation hétérodoxe. On pourrait dire que le livre de l’Apocalypse est «ambigu». Les écrits de saint Paul sont «ambigus» dans de nombreux endroits. Mais nous ne nions pas leur inspiration à cause de cela. De même, nous ne changeons pas notre vision de la nature des conciles œcuméniques parce que nous devons exercer un peu notre intelligence pour comprendre l’un d’eux. Une étude exhaustive des travaux de Saint-Augustin à elle seule offrirait amplement de défi à n’importe qui pour tout synthétiser. La difficulté d’interprétation ou d’application ne signifie pas une errance essentielle.

Ibid., P. 105, n ° 242

Comment se fait-il que le Saint-Esprit ait pu empêcher tous les conciles œcuméniques du IVe au XIXe siècle de se tromper, mais quand il s’agit d’un autre concile œcuménique incontestable, Vatican II, c’est une conspiration moderniste « ambiguë » qui aurait réussi ? Le Saint-Esprit manquait-il à l’appel de 1962 à 1965 ? Je ne suis pas d’accord. Il faut faire preuve de foi. Les modernistes n’ont pas réussi à pervertir une seule doctrine de la foi catholique. Ils ne le feront jamais non plus. Si l’histoire nous apprend quelque chose, c’est bien cela. Si les dissidents ne peuvent pas voir cela avec les yeux de la foi, ils n’ont plus aucune raison de rester catholiques. Si d’un autre côté ils le voient, ils n’ont plus aucune raison de cracher sur Vatican II en toute impunité, comme ils le font. C’est scandaleux et indigne.

Ibid., PP. 106-107, n° 247

L’ensemble de l’argumentation dissidente concernant la prétendue «ambiguïté» de Vatican II repose sur une erreur évidente et flagrante : à savoir,

Prémisse 1 : Le Concile dit X (de manière littérale).
P2 : Les conservateurs (i.e. les vrais catholiques) interprètent les canons du Concile dans un sens catholique, cohérent avec la Tradition sacrée.
P3 : Les libéraux (ou modernistes) interprètent les canons du Concile dans un sens hétérodoxe, non-catholique et révolutionnaire.
Conclusion 1 : Les canons du Concile doivent donc se prêter -dans leur essence intrinsèque et objective- à l’une ou l’autre interprétation.
C2 : Puisque les deux lectures se manifestent, alors le Concile est délibérément ambigu et « compromet la foi »

L’erreur réside dans C1, conduisant à une nouvelle fausse affirmation C2. Elle n’est pas établie par la logique; il n’est pas non plus prouvé que le Concile est la seule (ou même principale) cause de ce qui vient après. On peut voir à quel point c’est fallacieux, en utilisant l’analogie de la Bible :

PP1 : La Bible dit X (de manière littérale).
PP2 : Les catholiques interprètent la Bible dans un sens catholique, cohérent avec la Tradition sacrée.
PP3 : Les protestants et autres hérétiques tels que les Témoins de Jéhovah ou encore les Mormons interprètent la plupart des versets de la Bible dans un sens hétérodoxe, non-catholique.
CC1 : Les versets de la Bible doivent donc se prêter -dans leur essence intrinsèque et objective- à l’une ou l’autre interprétation.
CC2 : Puisque les deux lectures se manifestent, alors la Bible est délibérément ambiguë et « compromet la foi ».

Le raisonnement est précisément le même dans les deux cas. Toutes les sectes et hérésies chrétiennes font appel à la Bible (et nous rencontrons ici le relativisme doctrinal et l’herméneutique de la Sola Scriptura). De même, les libéraux font appel à Vatican II. Nous n’en attendrions pas moins, car ils font également appel aux Écritures (même les activistes homosexuels essaient de trouver un soutien pour leurs abominables points de vue dans les Écritures, avec certaines des pires exégèses tordues connues des homme). Les pro-avortement trouvent l’avortement dans la Constitution américaine, en vertu d’un prétendu «droit à la vie privée» – un peu comme le prétendu «esprit» libéral de Vatican II. De même que la Bible n’enseigne nullement ce qu’ils prétendent faire, il en est de même pour Vatican II qui n’enseigne pas leurs damnables hérésies.

Il faut regarder les mots objectifs du concile, interprétés par des renvois dans ses propres documents ainsi que les documents traditionnels, comme on le fait avec la Bible : à travers l’exégèse, l’herméneutique et l’appel à la tradition apostolique comme une norme d’interprétation authentique. Les dissidents font exactement le contraire – ils confondent le sens des documents conciliaires avec les distorsions libérales qu’ils fabriquent, ce qui n’a aucun sens ; en fait, c’est scandaleux, venant de ceux qui prétendent défendre la Tradition. C’est aussi inconvenant que de prendre une interprétation mormone de l’Écriture comme critère pour une herméneutique biblique appropriée, puis de condamner la Bible en raison de la nature hérétique et fausse de l’enseignement mormon.

Ibid., P. 107-109, n° 249

Une autre analogie de l' »ambiguïté » biblique contre l' »ambiguïté » conciliaire :

I) Les athées, les agnostiques, les professeurs imbus d’eux-mêmes et les modernistes disent de la Bible qu’elle est pleine de nombreuses contradictions inconciliables, qui sont considérées comme la preuve de son manque de fiabilité, de son absence d’inspiration divine et d’infaillibilité.

II) De même, les Conciles infaillibles et les déclarations papales (en particulier depuis «1958» – qui semble être l’année «magique» de la transformation) seraient (selon les modernistes, les dissidents, les orthodoxes et les protestants) pleins de nombreuses contradictions inconciliables, qui sont considérés comme des preuves de leur non-fiabilité et de leur absence de protection divine et d’infaillibilité.

Ibid., p. 109, n° 250 [partiel]


Certains des dissidents les plus connus disent que nous devons tous oublier que l’ambigu et controversé Concile Vatican II « a eu lieu ». Je ne vois pas beaucoup de différence là-bas, et vous ? Quelle est la différence pratique entre dire que quelque chose a une erreur explicite et dire que c’est si grave que nous devrions nous en débarrasser et l’oublier et poursuivre une autre voie ? Comment suivre un Concile tout en disant qu’il n’aurait jamais dû avoir lieu ? Je suis confus.

Mass Movements: Radical Catholic Reactionaries, the New Mass, and Ecumenism (Dec. 2012, p. 33)

Les dissidents libéraux l’ont délibérément tordu [Vatican II] à leurs propres fins néfastes. Cela ne dit rien sur les documents eux-mêmes. Je ne les trouve pas du tout difficiles à comprendre. Mais si quelqu’un n’aime pas ce qu’ils signifient et veut maintenir une pseudo-«obéissance» à un concile œcuménique, alors nous trouvons le non-sens de rationalisation et de plaidoyer spécial pour des textes invétérément «ambigus». Les réactionnaires et certains «traditionalistes» abandonnent simplement ce qu’ils n’aiment pas, indépendamment de ce que l’Église en dit.

C’est exactement ce que Luther a fait avec la tradition catholique dans son ensemble (certes à un degré beaucoup plus élevé, mais le principe d’autorité est très similaire), quand il a fait défection et a commencé un nouveau mouvement. Je vois peu de différence de principe. Il prétendait qu’il était le «réformateur» ; ramener les choses au bon vieux temps ; restaurer l’Évangile qui aurait été perdu ou du moins profondément caché, et se débarrasser des crasses des simples traditions humaines.

Les dissidents et certains «traditionalistes» pensent qu’ils sont les porteurs de l’authentique Tradition, et si les papes et les conciles sont en désaccord avec vous, tant pis pour eux ; ils sont dans l’erreur (tout comme Luther a dit librement et sans vergogne que divers conciles l’étaient). C’est Luther, de bout en bout, mon ami, et j’en sais quelque chose parce que je fais des recherches et écris au sujet de l’homme depuis dix-sept ans, et je viens de publier un livre à son propos.

Ibid., pp. 34-35

Ceux qui remettent en question Vatican II et parlent de sa nature soi-disant «ambiguë» et ainsi de suite, ont tendance à aller de plus en plus loin dans le schisme ou terriblement proche de celui-ci. Il en a été ainsi tout au long de l’histoire. Ceux qui ont nié Nicée (325) étaient les hérétiques ariens. Ceux qui se sont opposés à Éphèse (431) et à Chalcédoine (451) se sont lancés dans le nestorianisme et le monophysisme. Les schismatiques des Conciles postérieurs étaient des iconoclastes ou des monothélites. Dollinger et ses alliés rationalistes n’appréciaient pas l’infaillibilité papale de Vatican I en 1870, alors ils se sont séparés et ont formé les vieux « catholiques », qui sont ensuite devenus libéraux.

Alors pourquoi notre époque devrait-elle être différente ? De nos jours, ceux qui n’aiment pas Vatican II adoptent un curieux mélange de modernisme et de protestantisme. Pendant ce temps, le fidèle catholique ordinaire accepte avec foi que Dieu sait ce qu’Il fait dans les derniers développements pontificaux conciliaires.

Ibid., p. 68

Le protestant « réformé » Philippe Melanchton, le successeur de Martin Luther, utilisait le même raisonnement et la même terminologie que les dissidents, concernant le Concile de Trente. Il écrivait dans une lettre à l’archevêque Cranmer en avril 1548 :

Le Concile de Trente rend équivoque ses décrets dans le but de protéger ses erreurs par des expressions ambiguës. Une telle sophistique doit être jetée hors de l’Eglise.

Source en anglais / source en Latin (Lib. iii., Ep. 42 bis, col. 523)

Pareillement, Jean Calvin a utilisé le même raisonnement, dans ses Actes du Concile de Trente: Avec le remède contre le poison (1547). Écrivant à propos des canons traitant de la justification,… Canon 10, ses habituelles affinités anticatholiques reprennent le dessus :

« Si leur maudissons [anathèmes] avaient quelque vertu, ceux qui n’ont point été nourris aux écoles de Sophisterie, seraient bien rigoureusement punis pour leur simplicité. Car ces vénérables Docteurs ont par ce devant affirmé, que la seule cause formelle de notre justification, est la justice de Dieu. Maintenant ils anathématisent ceux, qui penseront que l’obéissance de Jésus-Christ soit notre justice formelle. Ils diront qu’ils parlent en divers sens. Je le vois bien, ou pour le moins je m’en doute. Toutefois si on se trompe au mot, on sera incontinent [immodérément] anathématisé sans y penser : même il peut être, qu’ils ont ici condamné une sentence non entendue. »

De la même façon, Martin Luther considérait un de ses premiers adversaires de débats, Erasme, comme un penseur « ambigu », sournois et malhonnête. Luther écrivait à son propos :

« Cette observation met en moi une détermination (laissez faire aux autres ce qu’ils veulent) à ne pas croire Erasme, même  s’il déclarait en termes clairs, — que le Christ est Dieu. Plutôt je lui adresserais cette expression sophiste de Chrysippe qui dit, « si tu mens, alors tu mens même en disant la vérité »… Notre roi de l’ambiguïté, pourtant, est assis sur son trône ambigu en sécurité, et nous détruit, stupides Chrétiens que nous sommes doublement. Premièrement, c’est sa volonté, et cela lui apporte un grand plaisir, de nous offenser par ses termes ambigus: et effectivement il n’aimerait pas cela, si nous, têtes dures, n’étions pas offensés. Ensuite, quand il voit que nous sommes offensés, et que nous sommes après ses figures de style insidieuses, et que nous avons commencé à nous exclamer contre lui, il commence alors à triompher et à se réjouir de ce que la proie qu’il convoitait a été prise au piège. »

Lettre à Nicolaus von Amsdorf, 11 mars? 1534

Luther croyait apparemment (en conjonction avec la description ci-dessus) qu’Erasme avait nié la divinité du Christ et de la Sainte Trinité [Dave, maintenant: ça vous dit quelque chose? En ce moment on entend de stupides allégations racontant que le Pape François nierait apparemment ce genre de choses], ce qui est absolument absurde. En une insulte, il dit de façon ridicule qu’Erasme était athée.

Un prêté pour un rendu. Rien de nouveau sous le soleil… La façon dont les « réformateurs » Protestants Mélanchthon et Calvin considéraient Trente comme « ambigu »  est la même que les dissidents « Catholiques » aujourd’hui (comme le Dr. Joseph Shaw) avec Vatican II et Amoris laetitia. Ce que Luther pensait d’Erasme est, en ce sens, très similaire à la façon dont le Dr. Shaw et les signataires du Correctio voient le Pape François. L’« ambiguïté » et l’arbitraire effréné, avec le subjectivisme non-concluant, font autorité de nos jours. Encore une fois, ils pensent remarquablement — en très grande partie, en impliquant l’autorité magistérielle catholique — comme les révolutionnaires Protestants et « réformateurs » qui s’opposaient à l’Eglise presque 500 ans plus tôt. [ces trois extraits de « Réformateurs » viennent de documentation du 10-11-17]

La chose principale pour moi est votre déni que le Concile était hérétique. Vous dites la même chose de Vatican II. Il s’agit de la protection de Dieu (tout au moins remarquable au vu de la présence moderniste à Vatican II). Pour moi, il s’agit de l’essentiel. Cette « ambiguïté » est une mécompréhension et/ou une mauvaise application (ou distorsion et déformation) du véritable enseignement conciliaire. Quelque chose est soit « orthodoxe » soit il ne l’est pas. L’« ambiguïté » est extrêmement subjective et pas particulièrement pertinente, pour moi, à partir du moment où l’on admet qu’un Concile est orthodoxe de base.

C’est l’absurdité et l’équivoque de la position dissidente, comme je l’ai soutenu à maintes reprises. Les sédévacantistes sont au moins cohérents, n’ayant pas à s’engager dans un plaidoyer spécial de la plus répréhensible façon qui soit. N’ayant pas les tripes pour simplement dire que le Concile détesté est invalide, à la place on reçoit de vous cette bêtise qu’est l’« ambiguïté », qui devient alors un « cercle » bien pratique pour conspuer avec impunité le Concile, n’autorisant (comme toutes les théories complotistes) aucun désaccord rationnel. Ainsi, les méthodes mêmes de l’ennemi sont adoptées: les ambiguïtés des dissidents surpassent ironiquement de loin celles des modernistes. [24 janvier 2000]

C’est une tactique classique de l’état d’esprit dissident : avancer qu’il y a une « ambiguïté » délibérée dans le Concile, selon des scénarios complotistes et les projets déviants des libéraux. Aucun Catholique orthodoxe informé que je connais ne niera que les modernistes ont eu un projet insidieux, ou au moins de fausses et dangereuses croyances portées avec sincérité (l’hérésie est toujours présente – les évêques et théologiens n’étant pas immunisés contre elle). Ce que nous affirmons, c’est que l’hérésie ne pourra jamais corrompre un Concile Œcuménique, ratifié par un pape. Dieu ne laisserait tout simplement pas cela arriver. C’est un principe de foi, et fait partie intégrante de l’ecclésiologie catholique. Les dissidents ne parlent pas de cette façon des autres Conciles Œcuméniques. Ils le distinguent, alors même que sa validité et sa légitimité sont précisément basées sur les mêmes critères que tous les autres (à vrai dire, je crois que c’est celui qui a eu le plus grand nombre d’évêques présents, de loin). Sachant cela, ils adoptent ce scénario équivoque, à couper les cheveux en quatre d’« ambigu mais pas techniquement hétérodoxe ».

Bien essayé… Il s’agit clairement de rationalisations et de plaidoyer spéciaux qui ne permettent aucune réponse rationnelle, puisque nébuleux et subjectifs par leur propre nature. Si une personne montre que telle ou telle doctrine peut être démontrée comme ayant une origine orthodoxe et une évolution cohérente, le dissident répondra simplement que les complotistes du Concile ont placé un langage ambigu à l’intérieur, afin de la rendre plus tard subversive. En d’autres termes, leur interprétation cynique est toujours « gagnante » parce qu’ils ont ce tour de passe-passe simpliste qu’est l’« ambiguïté », qui est toujours prêt et à leur disposition. Mais le seul moyen raisonnable de déterminer l’orthodoxie est simplement de regarder les mots conciliaires (et ceux des Conciles précédents) en eux-mêmes (ce que principale ces critiques cinglantes – étrangement – prennent rarement le temps de faire). Les mots sont concrètement des outils pratiques, comme lorsqu’une personne prend part à une exégèse et fait des références croisées en interprétant la Sainte Ecriture.

Comme toujours, le dissident veut le beurre et l’argent du beurre, et il adopte une mentalité forte où quelque adversaire à l’« orthodoxie » auto-proclamée est automatiquement catégorisé comme moderniste, ou leurré par le modernisme, et est appelé avec condescendance « conservateur », simplement parce qu’il ne rentre pas dans leur jeu irrationnel à la Alice au pays des Merveilles, où les mots – comme un être de cire – peuvent toujours être modelés selon les caprices sceptiques de la ligne de la partie anti-conciliaire. Et c’est un des cas les plus saisissants d’ironie de tout ce débat: critiquant toute « ambiguïté » présumée du concile, ils deviennent hypocritement bien plus réellement ambigus avec leur logique tordue et théories circulaires qu’ils inventent afin de soutenir leurs propres notions préconçues. C’est ce que j’ai remarqué à beaucoup d’occasions lors de mes débats sur internet. [2000]

Les détracteurs du Pape François disent exactement la même chose de lui maintenant: il est sournois, « jésuitique », il ne dit pas ce qu’il pense réellement, s’il dit quelque chose d’orthodoxe, ce n’est qu’en tant que trompeur pour berner les gens, etc., etc. [3-26-18]

[Phil] Lawler est bien plus motivé à créer en quantité faramineuse de mensonges racontant que le Pape François est un menteur équivoque, qu’il tient un double discours. C’est l’insinuation de la majeure partie de sa rhétorique. On le retrouve dans son livre et dans ses articles ultérieurs. L’insinuation à peine voilée est que quand le Pape François déclare une notion orthodoxe, il ne le pense pas vraiment (clin d’œil, clin d’œil, signe de tête, signe de tête). Ce n’est que pour tromper les gens, voyez-vous.

Une personne comme Chris Ferrara (un dissident extrême, proche du sédévacantisme) le dit assez impudemment et ouvertement. Lawler (d’un tempérament moins grandiloquent) préfère jouer le jeu et surtout l’insinuer — ce qu’il fait assurément — avec nuances et subtilité: ce qui est à mon avis encore plus méprisable que ce que fait Ferrera.

Parfois, Lawler dit carrément qu’il croit que le pape tient délibérément un double discours (ce qui tient d’une tromperie et d’un mensonge, et d’une motivation malveillante: purement et simplement). Voici un exemple typique, tiré de son article, « La confusion — cette fois sur l’enfer — est la marque de ce pontificat » (3-29-18) :

« Dans Lost Shepherd [Le Berger perdu] j’ai écrit: « La confusion dans Amoris Laetitia n’est pas une erreur ; c’est une caractéristique ». Le Pape François a réalisé qu’il ne pouvait pas directement contredire l’enseignement éternel de l’Eglise, mis en avant si clairement par St. Jean Paul II. Mais il pouvait et a créé la confusion sur cet enseignement, et a ainsi offert un nouveau champ de manœuvre pour ceux qui ne se plaisent pas dans la position de l’Eglise.

Avec la même logique, le Pape François ne peut pas nier l’existence de l’enfer sans directement contredire l’enseignement de l’Eglise. Mais il peut créer la confusion, et il l’a fait encore une fois. A-t-il nié, ou au moins remis en question, l’existence de l’enfer ? Nous ne savons pas. »

Maintenant je vous le demande franchement, cher lecteur: est-ce ce que vous souhaitez ou choisissez de croire: que le Saint Père est un menteur délibéré et trompeur: cherchant intentionnellement à renverser la tradition Catholique et à être un dissident « radical » moderniste ? (oui, Phil a, aussi, utilisé ce mot, dans son livre). On sait que c’est ce que croit Phil Lawler, puisque dans l’Introduction à son livre, Lost Shepherd, il écrivait du Pape François :

« …[qu’il] mène l’Eglise loin des anciennes sources de la Foi… une source de division… des croyances et pratiques incompatibles avec les enseignements antérieurs de l’Eglise qui sont encouragées… il a bafoué la confiance sacrée qui est donnée aux successeurs de Pierre… un pontife Romain qui a négligé si facilement ce que l’Eglise a toujours enseigné et cru et pratiqué sur des questions si fondamentales comme la nature du mariage et de l’Eucharistie… un danger pour la Foi… »

Je maintiens que Lawler n’a pas prouvé ses accusations extraordinaires. Il aime beaucoup les répéter.  C’est ce que font tous les simples propagandistes et journalistes d’échos, parce qu’ils savent que ça marche. Mais la répétition en elle-même n’est pas un argument, et elle ne permet pas non plus de renforcer un vrai et substantiel, argument sérieux. Lawler n’a simplement pas prouvé son exemple (et c’est une des raisons pour lesquelles il est totalement réticent à l’idée de le défendre contre quelqu’un comme moi, qui l’a critiqué substantiellement). [4-28-18]

Pour moi, il [Phil Lawler] a totalement échoué à démontrer que le Pape François essayait délibérément de corrompre ou renverser la tradition Catholique. Cela n’a pas été prouvé le moins du monde dans son livre [Lost Shepherd].

Il y a eu des insinuations ici et là que le pape tiendrait un double discours et qu’il serait hypocrite: ne disant pas ce qu’il pense « réellement ». Mais n’importe quelle personne peut dire cela de n’importe qui à n’importe quel moment et essayer de « prouver » n’importe quelle théorie voulue. Ce serait comme dire, « Armstrong aime vraiment le livre de Lawler. Il dit juste l’opposé afin de tous nous avoir.» Personnellement, je préfère les faits concrets, pas les théories du complot « jésuitiques ». [2-26-18]


Pour soutenir le travail de Dave Armstrong, vous pouvez lui faire un don via les instructions ici ou au compte paypal suivant: apologistdave@gmail.com.

Un commentaire sur “De l’ambiguïté

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :