Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

Les prières Léonines ont-elles été bannies par Vatican II?

Les « Prières Léonines » officielles que le pape Léon XIII ordonna de réciter après chaque messe basse, sont les suivantes : trois Je vous salue Marie, le Salve Regina, suivis d’une oraison et de la Prière à Saint Michel Archange. La prière à Saint Michel archange avait été composée en 1884 par le pape Léon XIII. Selon la rumeur, ces prières auraient été faites à la suite de vision qu’eut Léon XIII (dont aucune source officielle ne semble exister): Après sa messe, le Pape est resté à l’église afin de faire une prière. Alors qu’il terminait, il entendit une conversation. Deux voix s’élevaient, l’une douce et l’autre plus dure. Le Pape entendit que le diable se vantait de pouvoir détruire l’Église bien que Jésus ait déclaré que l’enfer ne triompherait pas. Il lui fallait simplement plus de temps (entre 75 et 100 ans) et de puissance. […] Environ une heure et demie plus tard, il fit venir le Secrétaire de la Congrégation des Rites et, tout en lui remettant une feuille de papier, lui demanda de l’imprimer et de l’envoyer à tous les Ordinaires du monde. Cette prière devint connue sous le nom de « Prière à saint Michel archange » et, deux ans plus tard, le Pape décida que cette prière serait récitée à la fin de la messe, dans toutes les églises (Aleteia, 2017, 2018).

La prière à Saint Michel

Très glorieux Prince de l’armée céleste, Saint Michel Archange, défendez-nous dans le combat et la lutte qui est la nôtre contre les Principautés et les Puissances, contre les souverains de ce monde de ténèbres, contre les esprits de malice répandus dans les airs (Eph. 6, 10-12). Venez en aide aux hommes, que Dieu a créés incorruptibles, et faits à Son image et ressemblance, et rachetés à si haut prix de la tyrannie du démon (Sg. 2, 23 – I Cor. 6, 20). Combattez aujourd’hui, avec l’armée des Anges bienheureux, les combats du Seigneur, comme vous avez combattu jadis contre le chef de l’orgueil Lucifer et ses anges rebelles ; et ils n’eurent pas le dessus, et on ne trouva plus leur place dans le ciel. Mais il fut jeté, ce grand dragon, l’antique serpent, celui qu’on appelle diable et Satan, celui qui égare le monde entier ; et il fut jeté sur la terre, et ses anges furent jetés avec lui (Apoc. 12, 8-9). Voilà que cet antique ennemi et homicide s’est dressé avec véhémence. Déguisé en ange de lumière, avec toute la horde des mauvais esprits, il parcourt et envahit la terre profondément, afin d’y effacer le nom de Dieu et de Son Christ, et de voler, tuer et perdre de la mort éternelle les âmes destinées à la couronne de la gloire éternelle. Le poison de sa malice, comme un fleuve répugnant, le dragon malfaisant le fait couler dans des hommes à l’esprit dépravé et au cœur corrompu ; esprit de mensonge, d’impiété et de blasphème ; et souffle mortel de la luxure et de tous les vices et iniquités. – L’Église, épouse de l’Agneau immaculé, des ennemis très rusés l’ont saturée d’amertume et abreuvée d’absinthe ; ils ont porté leurs mains impies sur tout ce qu’elle a de plus précieux. Là où a été établi le Siège du bienheureux Pierre et la Chaire de la Vérité pour la lumière des nations, là ils ont posé le trône de l’abomination de leur impiété ; de sorte qu’en frappant le Pasteur, ils puissent aussi disperser le troupeau.

Soyez donc là, Chef invincible, auprès du peuple de Dieu, contre les assauts des forces spirituelles du mal, et donnez-lui la victoire ! C’est vous que la Sainte Eglise vénère comme son gardien et son patron. Vous qu’elle se fait gloire d’avoir comme défenseur contre les puissances criminelles de la terre et de l’enfer. C’est à vous que le Seigneur a confié les âmes rachetées pour les introduire dans la céleste félicité.

Conjurez le Dieu de paix d’écraser Satan sous nos pieds, afin qu’il ne puisse plus retenir les hommes dans ses chaînes, et nuire à l’Église. Présentez au Très-Haut nos prières, afin que, bien vite, nous préviennent les miséricordes du Seigneur, et que vous saisissiez le dragon, l’antique serpent, qui est le diable et Satan, et que vous le jetiez enchaîné dans l’abîme, en sorte qu’il ne puisse plus jamais séduire les nations (Apoc. 20,3).

Incluse dans le petit exorcisme de Léon XIII publié en 1922 à Paris avec l’imprimatur du Cardinal Dubois

Il faut déjà rejeter les « prophéties » que les complotistes cherchent à lui attribuer. Satan n’a jamais pu détruire l’Eglise ni en enlever le pouvoir de se gouverner elle-même, car ce serait contraire à son indefectibilité. Les 100 ans s’étant écoulés en 1984, nous voyons bien quelles ont été les attaques sataniques en question: créer des scandales sexuels (le pic d’abus étant à cette période), inciter les schismatiques et les progressistes à désobéir à l’Eglise, répandre l’apostasie, créer un concile des médias opposé au Saint Concile, qui est resté – nous l’avons suffisament démontré – orthodoxe en tout point, etc. Par ailleurs, quand il est dit que « Là où a été établi le Siège du bienheureux Pierre et la Chaire de la Vérité pour la lumière des nations, là ils ont posé le trône de l’abomination de leur impiété », notons bien qu’il ne s’agit pas d’une prophétie ici. Léon XIII dit bien qu’ils « ont posé », c’est-à-dire qu’il parle de profanations qui ont déjà été commises à son époque, et on peut y voir une référence à la guerre d’indépendance italienne lors de laquelle les Etats Pontificaux furent perdus.

« Ces prières ont été introduites par Léon XIII pour obtenir une solution acceptable aux relations du Vatican avec l’Etat Italien à la suite de la saisie des états pontificaux. »

-Missel Romain, cité par Kevin Di Camilio, National Catholic Register

Voir aussi notre vidéo sur ces révélations et autres prophéties utilisées contre l’Eglise:



La suppression des prières

On rapporte souvent que les prières de Léon XIII étaient supprimées des rubriques dans l’Instruction pour l’exécution de la Constitution sur la liturgie « Inter oecumenici », le 26 septembre 1964:

48. En attendant que soit entièrement restauré l’Ordo de la messe, on observera déjà ce qui suit : […] j) On omet le dernier Evangile ; les prières de Léon XIII sont supprimées ;

En réalité ce qui a été supprimé était l’obligation de l’inclure dans les messes basses, non pas une interdiction de la dire après celle-ci. L’objectif était certainement de simplifier les rubriques et d’enlever des parties ajoutées au fil du temps comme cela avait été fait dans les réformes précédentes. Mais les églises fidèles au concile ont continué à la dire sans problème:

Néanmoins, il y a toujours des cas où ces prières sont dites même après une messe du Novus Ordo – en fait, dans la chapelle universitaire locale – l’aumônier en a retenu la plupart, ne changeant que les trois Ave Maria en un hymne à la Sainte Vierge Marie (suivant l’Hymnae Marial de la saison du Petit Office de la Sainte Vierge à la fin des complies) et ajoutant « Notre Dame des Pionniers [la mascotte de l’université], priez pour nous! ».

-Missel Romain, cité par Kevin Di Camilio, National Catholic Register

« Cette pratique perdura jusqu’au Concile du Second Vatican qui la supprima, tout en recommandant aux fidèles de continuer cette dévotion en privé. »

Aleteia, Quand le pape Jean Paul II appelait l’archange saint Michel au secours de l’humanité, 8 février 2017

D’ailleurs l’omettre n’était pas nécessairement un malheur, et dans la discipline en vigueur en 1940, on permettait déjà de l’omettre pour certaines messes basses (notamment décrit dans O’Connell, J. B. (1941). The Celebration of Mass: A Study of the Rubrics of the Roman Missal. Bruce Publishing Company. p. 210). Pie XI avait aussi changé son intention initiale et demandé qu’elle fût dite à l’intention de la Russie :

« Après sa résolution par l’établissement de l’Etat du Vatican à travers le traité de 1929 [entre le Cardinal Pietro Gaspari et Benito Mussolini], le Pape Pie XI avait demandé ce que ces prières soit dites pour la conversion de la Russie »

-Missel Romain, cité par Kevin Di Camilio, National Catholic Register

L’Abbé Laguérie écrivait:

Les rubriques de 1962, que nous suivons statutairement, ne comportent plus les prières léonines à la fin de la messe. L’autorité du pape Léon XIII, comme la cause très noble qui lui dicta de les introduire (Les infiltrations dans l’Eglise, maçonniques et socialistes) m’interdisent d’y trouver à redire, on s’en doute. N’empêche que je n’en suis pas vraiment mécontent (on peut les réciter en privé autant qu’on voudra) parce que je leur reproche un détail qui a son importance et qui, sans doute, aura passé inaperçu à l’époque. Le prêtre est tenu de les réciter à genoux, ce qui ne convient pas.

Un prêtre en chasuble et pour ce motif précis qu’il célèbre les Saints-Mystères représente le Christ, agit dans sa personne. Liturgiquement, il est le Christ et non pas quelque délégué démocratique désigné par l’assemblée. Dès lors, comme en témoigne toute la liturgie par ailleurs et la tradition en général, il n’est jamais à genoux mais toujours debout, parfois assis. Il s’agenouille (ce n’est pas être à genoux) pour le credo de la Nativité et doit rester assis les autres jours. Certes, il fait de nombreuses génuflexions devant le Seigneur en ambassade Duquel il intercède pour les pécheurs. Mais au-delà de ce signe ponctuel de déférence et même de latrie, il reçoit les honneurs qu’on destine à son Maître. C’est indiciblement beau pour ceux qui connaissent le vrai destinataire de ces marques sublimes, qui vont jusqu’au trine encensement réservé à Dieu. Comprenne qui pourra…

Récréation liturgique, dimanche 14 mars 2010


Les Papes ont relancé leur demande de prière à Saint Michel depuis la réforme

Saint Jean-Paul II les remit en vigueur:

100 ans après, un autre Pape, sans pour autant réinstaller la prière [dans] la messe, demanda à tous les catholiques de reprendre cette invocation au Prince des Anges. En 1984, au cours de l’Année Internationale de la Famille, le pape Jean Paul II déclara que le sort de l’humanité était en grand danger et appela tous les catholiques à faire cette prière quotidiennement pour combattre les forces maléfiques de ce monde.

Aleteia, Quand le pape Jean Paul II appelait l’archange saint Michel au secours de l’humanité, 8 février 2017

Le Pape François:

Durant ce mois d’octobre, le Saint-Père demande donc à tous les fidèles un plus grand effort dans la prière personnelle et communautaire. «Il nous invite à prier le Rosaire chaque jour, pour que la Vierge Marie aide l’Eglise en ces temps de crise, et à prier l’Archange Saint Michel afin qu’il la défende des attaques du démon», poursuit le prêtre jésuite.

[…]

Le Pape François nous invite à conclure le Rosaire avec une des plus anciennes invocations à la Sainte Mère de Dieu, «Sub Tuum Praesidium», et avec la prière traditionnelle à Saint Michel, écrite par Léon XIII.

Vatican News, « En octobre, le Pape souhaite que les catholiques prient pour défendre l’Église du diable », 29 septembre 2018

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :