Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

Ce qu’on ne vous dit pas sur les abus sexuels dans l’Eglise

Cette vidéo porte sur la malhonnêteté intellectuelle et médiatique qui pousse les gens à croire que les abus sexuels seraient propres, prédominants et généralisés dans l’Eglise Catholique, par opposition aux autres institutions religieuses et séculières. Nous rappellerons dans un premier temps les faits occultés concernant les scandales dans l’Eglise catholique, pour ensuite exposer les affaires qui concernent les institutions séculières et religieuses ayant pour la même gravité un traitement médiatique bien moindre. Nous rappellerons que rétablir les faits au sujet des abus n’est en rien les défendre ni les minimiser. Les catholiques et l’Eglise condamnent fermement ces actes ainsi que leurs couvertures. Ce n’est cependant pas une excuse pour nier les réalités qui seront énumérées dans cette vidéo. La vérité sur les abus ne peut être moralement détournée par ces fins idéologiques, sans quoi ce serait en exploiter les victimes, en donnant la fausse illusion d’être de leurs côtés. Cette vidéo n’est pas non plus une attaque et ne tient pour responsable de ces crimes aucune doctrine religieuse.

Les rapports sur l’Eglise Catholique

Deux principaux rapports ont fait l’objet de grands scandales médiatiques dans l’Eglise Catholiques, à savoir celui de John Jay, publié à la suite de scandales révélés en 2002[1], et le récent rapport du grand jury de pennsylvanie, en 2018.[2] Le premier portait sur les accusations d’abus sexuels aux Etats unis entre 1950 et 2002, et le second sur une période qui s’étend des années 30 aux années 2010, rapportant aussi de graves cas mis sous silences par des évêques. Par manque de temps, nous partirons du principe que le rapport du grand jury, qui n’est pas sans avoir reçu de sérieuses critiques, ne rapporte que des accusations fiables. Nous nous contenterons de donner des liens qui énumèrent ses critiques dans la description, notamment sur leur traitement a priori injuste d’un des diocèses, pour ceux qui sont vraiment intéressés. 

 Le premier rapport est le seul à rapporter une étude statistique exhaustive, concluant à 4% des prêtres américains accusés sur une période de 52 ans, la majorité impliquée dans des cas entre les années 60 et 90.[3] En ajoutant les 301 prêtres du second rapport à la liste, on obtiendrait à peu près les mêmes résultats, selon le même schéma, c’est-à-dire environ 30 ans d’incidents jusqu’à une chute significative à partir des années 90.[4] En effet, un premier fait minimisé est que ces cas, ce que le second rapport admet très brièvement[5], ont largement diminué depuis au moins 20 ans, tandis que les victimes d’abus gagnent en visibilité, ce qui suggère que les mises en place de règles strictes par l’Eglise, comme la charte de Dallas, ont eu un effet bénéfique sur la situation.[6] Rappelons aussi que cette montée des abus a un contexte historique et social où naissaient un peu partout en occident des associations et des journaux publics faisant la promotion de la pédophilie érotique.[7]

D’autres faits détournés portent sur les facteurs à risques qui sont communs aux prédateurs sexuels. En effet, beaucoup s’attachent sans fondement à l’idée que le célibat clérical serait la cause de leurs comportements. Bien qu’il n’y ait, au regard des sciences sociales comme la psychologie, absolument aucune preuve que le célibat ait un rôle là-dedans[8], nous devons aussi rappeler qu’il y a d’autres éléments pertinents qui pourraient rentrer en compte. Par exemple, l’institut John Jay démontrait que statistiquement, bon nombre de prêtres coupables d’abus étaient significativement plus enclins à avoir eux-mêmes été victime d’abus dans leur enfance.[9] En ce qui concerne les victimes, 51 pourcents d’entre elles avaient entre 11 et 14 ans, 27 pourcents entre 15 et 17 ans. Selon le rapport, la majorité était donc pubère et postpubère, ce qui contredit ce qui résument ces scandales à de la pédophilie au sens propre.[10] La majorité était des garçons bien qu’il semblerait qu’environ 45 pourcents d’entre eux visaient les deux genres.[11]

En 2002 le journal américain Boston Globe aurait publié 947 articles sur les scandales au sein de l’Eglise, soit à peu près 2 et demi par jour. Au regard des chiffres présentés, nous analyserons les cas en dehors de l’Eglise, pour déterminer si les scandales catholiques sont plus graves, plus passés sous silence et plus nombreux qu’ailleurs.[12]

En général :

Il faut savoir qu’aucune donnée scientifique n’a jamais démontré qu’il y avait généralement plus d’accusés pour abus sexuel dans le clergé que dans une quelconque autre institution en contact avec les enfants. Le président du Centre National américain pour les enfants disparus et exploités, affirment qu’il n’y en a pas plus que chez les évangéliques ou les rabbins, qui peuvent pourtant se marier.[13] Le psychiatre Manfred Luetz fait la même observation sur les abus familiaux, qui auraient selon lui 36 fois plus de chances d’arriver que les abus du clergé.[14] Le professeur de psychologie et de psychiatrie Thomas Plante rappellera qu’il y a environ le même pourcentage d’abus dans les autres institutions religieuses. Il en va de même des populations de métiers fréquentant des enfants comme les entraineurs ou les conducteurs de bus d’écoles. Pour résumer, aucune étude scientifique n’a démontré de prédominance chez les catholiques. [15]  

Dans le système éducatif

Prenons l’exemple d’institutions non religieuses, comme le système éducatif. Entre 2001 et 2005, ce n’est pas moins de 2570 professeurs dont les droits à enseigner étaient repris pour agression sexuelle aux états unis.[16]

En seulement 10 ans à Chicago, c’est 523 cas d’abus sexuels sur enfants qui étaient rapportés à travers la ville entre 2008 et 2017.[17]

En 2001 on rapportait que dans la ville de new york que chaque jour en moyenne, un enfant était abusé sexuellement par un membre du personnel scolaire. Il était aussi mentionné qu’un tiers de ceux ayant commis ces abus étaient des récidivistes, qui avaient déjà été mentionné pour comportement inapproprié. Plus de 117 cas d’abus étaient mentionné en deux ans et demi.[18]

Sur 225 éducateurs ayant commis des abus, aucun n’était rapporté aux autorités et seulement un pourcent avait perdu son droit à enseigner. Seuls 35 pourcents avaient été suspendus ou n’avaient plus été embauchés. Parmis les restants, 16 pourcents continuaient à enseigner dans d’autres écoles, le reste n’ayant pas donné de nouvelle.  Un autre rapport donnait un chiffre de 60 pourcents des coupables ayant été transféré à d’autres postes et échappé à la justice par des accords privés. En 10 ans à Washington, une investigation rapportait que 159 entraîneurs étaient averti, réprimandé, ou laissés aller, tandis que 98 d’entre eux continuaient à enseigner par la suite, généralement par accord privés.[19]

En 5 ans dans l’orégon, près de la moitié des professeurs repris pour mauvaise conduite sexuelle avec un enfant quittaient leur école par accord confidentiels. La plupart promettaient de passer les accusations sous silence, par des accords financiers ou des incitations à se résigner.[20] Il était dit qu’il était commun dans le système éducatif américain de se « passer les poubelles »,  c’est-à-dire de transférer les professeurs de sorte à ce que les directeurs d’écoles n’aient pas à engager de procédures légales.[21] En France, on rapportait le même type de comportement de couvertures dans les écoles publiques.[22]

Le chercheur universitaire Charol Shakeshaft déclarait que les abus à l’école étaient 100 fois plus probables que ceux des prêtres. Et pourtant, les 61 plus grands journaux de Californie rédigeaient près de 2000 articles au sujet des catholiques, la plupart pour des accusations passées, pour environ quatre articles sur les scandales, pourtant plus larges dans les écoles publiques.[23]

Pour faire bref, malgré que ces institutions ne soient pas religieuses, ces nombreux faits sont plus récents, plus nombreux, ne s’étalent ni sur des périodes de plus de 50 ans, et ils n’échappent pas non plus aux problèmes de couvertures. Et pourtant, ni les professeurs ne sont assimilés à des pédophiles, ni les écoles à des repères débordants d’abus sexuels. Ce n’est pas non plus le cas de psychiatres qui ont donné des chiffres d’attouchements parfois plus grands que ceux des prêtres.

Dans le judaïsme

Bien qu’il n’y ait eu aucun rapport exhaustif sur la question, les autres religions sont aussi visées par des scandales. Prenons l’exemple du judaïsme.

Dans les années 2000, dans la communauté juive orthodoxe de Brooklyn, on rapportait une large dissimulation d’abus sexuels, concernant des rabbins, ayant mené à 85 arrestations et 29 condamnations.[24]

En 2009, on y constatait 26 accusations d’abus, sur des profs de yeshiva, des rabbins, des conseillers, des marchands ou des proches des enfants juifs.[25]

On rapporte que la communauté juive orthodoxe pratiquait elle aussi la couverture des abus, par refus d’admettre ou de rendre publique de tels scandales. Un autre groupe ne signalait rien sans obtenir le feu vert d’un rabbin, mettant l’image de la communauté en priorité sur la justice.[26]

En 1999, certains rabbins critiquaient ce type de procédés dans la communauté, et suggéraient que bien qu’en l’absence d’enquête, les abus au sein de la synagogue révèlerait des chiffres similaires aux prêtres.[27] Le mode de dissimulation se trouve encore en réalité bien en similaire à ce qui a été vu dans l’Eglise catholique.[28] Malheureusement, il n’y eut jamais d’enquête de grande envergure couvrant plus de 50 ans d’accusations à travers les Etats-Unis ou un autre pays.

Dans le protestantisme :

Les protestants, qui disposent de pasteurs ayant le droit de se marier, n’échappent malheureusement pas à des cas similaires.

Au cours des 20 dernières années, on rapportait 380 pasteurs, enseignants, ministres ou laïcs bénévoles de l’église baptiste impliqués, dont au moins 35 ayant pu continuer à travailler à l’église.[29]

De 1977 à 2015, en ce qui concerne l’Eglise Unifiée d’Australie, on rapportait 2504 incidents, qui ne sauraient se différencier grandement de l’Eglise catholique à la même période, bien qu’elle soit bien plus grande.[30]

Les ressources du ministère chrétien rapportaient qu’en une décennie, environ 1000 églises protestantes à travers les états unis étaient impliquées dans des accusations qui atteignaient une moyenne de 70 rapports par semaine.[31]

En 2007 trois grandes compagnies d’assurance couvrant la majorité des institutions protestantes disaient avoir reçu en moyenne 260 accusations d’abus sexuels sur mineurs par an, en rapport à 228 accusations chez les catholiques. Le journal The new republic rapportait des cas de prédateurs ayant été couverts par leurs églises. Il était montré que dans les églises et institutions chrétiennes fondamentalistes et néo-calvinistes, on connaissait une épidémie d’abus ainsi que de dissimulations institutionnelles.[32]

En 2003, le site reformation.com collectionnait déjà des articles rapportant des abus concernant 838 congrégations protestantes américaines. [33]

Dans 40 états, ce sont 187 églises baptistes indépendantes qui étaient touchées par ces allégations, impliquant là encore des refus de le signaler à la justice.[34]

Malgré que la tâche de donner des chiffres pour le protestantisme soit reconnue comme difficile, étant donné qu’il est bien moins centralisé et hiérarchisé que le catholicisme, ce qui crée de nombreuses congrégations indépendantes sans n’avoir à faire de rapport à une échelle nationale. Certaines compagnies pour la protection de victimes d’abus donneraient néanmoins des chiffres s’élevant à 100 à 160 abus annuels.[35]

L’église orthodoxe

L’Eglise orthodoxe, qui elle aussi dispose du célibat ecclésiastique, se voit sujette à des rapports, bien que là encore, aucune investigation d’aussi grande envergure n’ait été faite dans les pays à majorité orthodoxe.

Un archevêque de l’église orthodoxe grecque admettait qu’aucune institution religieuse ne devait être vue comme immunisée de tels actes criminels. Certains prêtres étaient de même accusés d’avoir couverts des cas d’abus sexuels sur enfants.[36]

Une victime d’abus expliquait que le clergé l’avait convaincu de ne rien signaler à la police, et que le prêtre coupable avait simplement été transféré dans une autre paroisse. [37]

L’église de Serbie avait, selon un sociologue, longtemps cachés ce types d’abus, rapportant qu’un problème était que la communauté était souvent intimidé et n’avait pas le courage de faire face à ces problèmes.[38]

A ma connaissance, ce n’est qu’avec la petite organisation privée Pokrov, que les cas des orthodoxes ont commencé à être recensés. Elle déclarait que dans les paroisses orthodoxes, la situation était d’une certaine manière pire que dans l’Eglise catholique en ce qui concerne la peur de rapporter les abus sexuels. En 2008, quelques noms de prêtres orthodoxes avaient été rapportés publiquement, et d’autres continuent à l’être régulièrement bien qu’aucun grand rapport historique ne soit fait.[39]

Dans l’islam

En effet, bien que les plus gros scandales et les plus médiatisés aient eu lieu en occident, touchant donc leurs religions majoritaires, les religions mineures n’y échappent pas nécessairement. Par exemple, l’Islam compte également ses cas d’imam condamnés pour abus sexuel sur enfant au royaume uni.[40] Cela se passe aussi en France.[41]

On rapportait aussi des abus sexuels et physiques dans les écoles islamiques, avec des pressions communautaires pour ne rien mener en justice.[42]

Ceux-ci surgissent aussi en orient, notamment au Pakistan, parlant d’une véritable épidémie d’abus sexuel sur enfant dans les écoles islamiques, plusieurs centaines en une décennie.[43] En Algérie, certaines associations donnent un chiffre de 28% d’élèves subissant des attouchements dans les écoles coraniques.[44]

Il n’y a nul grand jury dans les pays musulmans pour réaliser un travail aussi long et détaillé que pour l’Eglise catholique. Les études sociologiques rapportent même des barrières culturelles qui incitent à mettre sous silence les abus sexuels sur mineurs dans les communautés musulmanes.[45]

Témoins de jéhovah et autres petits groupes

Les groupes religieux les plus petits seraient surement moins sujets à investigation car plus éparpillées ou plus privées, mais ils n’y échappent pas nécessairement non plus. Certains cas ont aussi touché la fraternité sacerdotale Saint Pie X par exemple.[46] Cela va contre l’idée malheureusement poussée par certains traditionnalistes selon laquelle les abus sexuels seraient à blâmer sur le concile Vatican 2, bien que 44% des prêtres accusés d’abus avaient été ordonnés avant celui-ci et presque 70% avant sa fin.[47] Il serait injuste d’exploiter les scandales pour justifier des réformes liturgiques ou pastorales, bien qu’on puisse spéculer à propos de son influence sur les prédateurs déjà présents dans le clergé.

Un article du new york times avait aussi fait des révélations sur des abus dissimulés chez les témoins de jéhovah. Selon le professeur Carl Raschke, les témoins de jéhovah n’étaient pas bien différents des autres religions isolées aspirants à la pureté théologique et morale. Les groupes qui tendent à être soudé et encarté ont historiquement plus d’incidence d’abus sexuel et d’inceste. C’est un fait éthnologique, dit-il, que les religions se voulant entièrement sainte auront moins tendance à admettre que des gens ne vivent pas selon leurs idéaux. En sachant cela, il serait difficile de faire une comparaison, tant la transparence des institutions peut être variable.

La recherche empirique montre même que les groupes minoritaires, religieux ou culturels, sont spécifiquement enclins à ne pas se référer aux institutions en place pour régler leurs problèmes d’abus et donc à ne pas les signaler.[48]

Reaction

On ne parle pas non plus beaucoup des nombreuses actions de l’Eglise, comme le financement massif de programmes pour la protection des enfants et des procédures judiciaires des victimes. Dans les mots du président des affaires civiles d’un archidiocèse de Minneappolis, « nous pouvons beaucoup parler des erreurs du passés, mais nous devrions parler de ce que l’Eglise Catholique fait aujourd’hui. L’Eglise Catholique était en première ligne pour le faire. Je n’ai connaissance d’aucune autre organisation ayant fait autant que nous, a un tel prix. »[49] Selon l’institut John Jay, les medias ne s’étaient focalisés que sur les évêques ayant trainé à réagir correctement aux scandales en occultant la majorité ayant activement répondu.[50] On ne parle pas non plus de ces prêtres qui ont été acquitté après avoir eu leur réputation ruinée par les médias. Certains ont même passé des mois et des années en prison avant d’être révélés innocents.[51]

Conclusion

En constatant tous ces faits, on ne peut arriver qu’aux conclusions suivantes. Si nous devons parler d’une crise de l’Eglise comme de celles d’une minorité grandissante de prédateurs sexuels, celle-ci s’est terminée il y a au moins 20 ans, grâce au travail des autorités cléricales. La seule véritable crise que l’Eglise traverse aujourd’hui, et qui sera résolue grâce à Dieu, c’est celle des faits mis tardivement au grand jour, la condamnation de ceux qui les avaient dissimulés, ainsi que leur éclat médiatique systématique. Malheureusement, ils ne peuvent objectivement pas servir l’anti-catholicisme. Ni le protestantisme ou l’orthodoxie, qui aurait aimé se servir du célibat des clercs comme d’un bouc émissaire, mais qui traîne malgré eux des scandales aussi graves. Ni les institutions séculières, qui se satisferait bien de dénoncer une hypocrisie vis-à-vis des mœurs à laquelle l’Eglise s’attache, mais qui n’ont en ce qui les concerne jamais réglé le problème des abus sexuels. Ni les groupes plus minoritaires, ou éloignés, qui se targueront d’une haute pureté qu’ils ne détiennent en réalité pas, et qui ne sauraient se montrer meilleurs avec autant d’effort juridique et médiatique. Ce qui les dissocie le plus concrètement de l’Eglise, c’est qu’il n’y a pas eu d’ouverture de grand jury sur des archives remontant jusqu’à 80 ans d’histoire vérifiables de façon transparente à l’échelle des états unis. Des accusations qui, sans pour autant déboucher sur un véritable jugement de culpabilité, permettent de sortir des chiffres sensationnels et de donner l’illusion d’une prédominance qui n’a pourtant jamais été prouvée. Et si vous ne connaissiez pas déjà tous les faits qui ont été énuméré dans cette vidéo, c’est que vous avez été très mal informé, volontairement ou non. Cette vidéo est à présent terminée. Abonnez-vous si vous voulez voir plus de vidéos sur ce genre de question.


[1] https://www.usccb.org/sites/default/files/issues-and-action/child-and-youth-protection/upload/The-Nature-and-Scope-of-Sexual-Abuse-of-Minors-by-Catholic-Priests-and-Deacons-in-the-United-States-1950-2002.pdf

[2] https://www.attorneygeneral.gov/wp-content/uploads/2018/08/A-Report-of-the-Fortieth-Statewide-Investigating-Grand-Jury_Cleland-Redactions-8-12-08_Redacted.pdf

[3] https://www.usccb.org/sites/default/files/issues-and-action/child-and-youth-protection/upload/The-Nature-and-Scope-of-Sexual-Abuse-of-Minors-by-Catholic-Priests-and-Deacons-in-the-United-States-1950-2002.pdf P.28

[4]https://www.attorneygeneral.gov/wp-content/uploads/2018/08/40th-SWIGJ-Report-1-Responses-8-12-18_Redacted.pdf P.229

[5] Ibidem, p.6

[6] https://www.la-croix.com/Urbi-et-Orbi/Archives/Documentation-catholique-n-2291/Charte-pour-la-protection-des-enfants-et-des-jeunes-2013-04-10-940339

https://www.psychologytoday.com/us/blog/do-the-right-thing/201808/separating-facts-about-clergy-abuse-fictionhttps://www.commonwealmagazine.org/pa-grand-jury-report-not-what-it-seems

[7] https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_pedophile_and_pederast_advocacy_organizations
https://fr.wikipedia.org/wiki/Apologie_de_la_p%C3%A9dophilie

https://www.liberation.fr/checknews/2017/09/24/liberation-a-t-il-soutenu-la-pedophilie-en-1974_1652441https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1300/J082v13n02_08

[8] https://www.amazon.com/Predatory-Priests-Silenced-Victims-Catholic/dp/0881634247  p.14 & 150

[9] https://www.usccb.org/sites/default/files/issues-and-action/child-and-youth-protection/upload/The-Causes-and-Context-of-Sexual-Abuse-of-Minors-by-Catholic-Priests-in-the-United-States-1950-2010.pdf p.63

[10] Ibidem, p.10

[11] Ibidem, p.11 & 55

[12] https://www.amazon.com/Double-Standard-Scandals-Attack-Catholic/dp/1453730699 p.22

[13] http://www.newsweek.com/priests-commit-no-more-abuse-other-males-70625?from=rss%3A%20newsweek/TopNews%20(UPDATED%20-%20Newsweek%20Top%20Stories)

[14] http://news.bbc.co.uk/2/hi/europe/8604800.stm

[15] https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/10720160390230592
https://www.psychologytoday.com/us/blog/do-the-right-thing/201808/separating-facts-about-clergy-abuse-fiction

[16] http://www.nbcnews.com/id/21392345/ns/us_news-education/t/ap-sexual-misconduct-plagues-us-schools/

[17] https://graphics.chicagotribune.com/chicago-public-schools-sexual-abuse/index.html

[18] https://nypost.com/2001/07/30/secret-shame-of-our-schools-sexual-abuse-of-students-runs-rampant/

[19] https://eric.ed.gov/?id=ED483143 p.44

[20] https://www.oregonlive.com/special/index.ssf/2008/02/schools_cut_secret_deals_with.html

[21] https://www.edweek.org/ew/articles/1998/12/09/15mobile.h18.html

[22] https://www.nouvelobs.com/societe/20160330.AFP1573/pedophilie-l-omerta-souvent-de-mise-dans-les-ecoles-selon-une-association.html

[23] https://www.cbsnews.com/news/has-media-ignored-sex-abuse-in-school/

[24] https://www.theguardian.com/world/2012/mar/29/brooklyn-orthodox-jews-child-abuse-cover-up-feature

[25] https://www.nytimes.com/2009/10/14/nyregion/14abuse.html

[26] https://www.nytimes.com/2013/07/23/opinion/bruni-the-faithfuls-failing.html

[27] https://www.bjpa.org/content/upload/bjpa/rabb/Rabbi%20Sexual%20Misconduct.pdf

[28]https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/10538712.2017.1336505?casa_token=SGrvaYeKRboAAAAA:3rASp067le8aOPxuJ4jnYaCqWEqrWy0k0gzOA9OM7BxQk0J8hG-ekh50qidzgGmJCn78Bzwvip00

[29] https://www.apnews.com/ddb45ac91407476bbe784d41d2efcdf0

[30] https://www.catholicweekly.com.au/gerard-henderson-the-media-the-commission-and-the-church/

[31] https://www.csmonitor.com/2002/0405/p01s01-ussc.html

[32] https://newrepublic.com/article/142999/silence-lambs-protestants-concealing-catholic-size-sexual-abuse-scandal?utm_content=buffer7aaaf&utm_medium=social&utm_source=twitter.com&utm_campaign=buffer

[33] http://reformation.com/

[34] https://www.star-telegram.com/living/religion/article222576430.html
https://www.star-telegram.com/living/religion/article222576310.html

[35] http://stopbaptistpredators.org/article07/child_sex_abuse_by_protestant_clergy.html

[36] https://medium.com/humanist-voices/a-compendium-of-crimes-and-criminals-of-the-eastern-orthodox-church-part-4-272013d88bd

[37] https://www.thenationalherald.com/101788/ex-clergyman-sexually-abused-at-17-by-his-priest-attempted-suicide/

[38] https://www.rferl.org/a/serbia-orthodox-church-bishop-orgies-rape-scandal/24965214.html

[39] https://archives.sfweekly.com/sanfrancisco/un-orthodox-behavior/Content?oid=2145058
https://www.pokrov.org/articles/
https://orthodoxreform.wordpress.com/page/2/

[40] https://www.gov.uk/government/news/imam-who-sexually-abused-student-has-sentence-increased  

https://www.bbc.com/news/uk-england-nottinghamshire-44229756

https://www.independent.co.uk/news/uk/home-news/cardiff-imam-jailed-13-years-abusing-girls-mosque-koran-lessons-mohammed-haji-saddique-a7829226.html

[41] https://www.liberation.fr/amphtml/societe/2001/05/18/un-imam-ecroue-pour-pedophilie-a-mulhouse_364924

[42] https://www.bbc.com/news/education-15256764

[43] https://www.independent.co.uk/news/world/asia/child-sexual-abuse-rape-islamic-schools-clerics-madrassas-pakistan-a8069096.html

[44] http://web.archive.org/web/20100303215835/http://www.elwatan.com/Une-enquete-de-l-association

[45] https://academic.oup.com/bjsw/article/36/8/1361/1650489

[46] http://www.sos-derive-sectaire.fr/03%20ARCHIVES%202016/MAI%202016/AVREF%20LivreNoir%20FSSPX.pdf

[47] https://www.usccb.org/sites/default/files/issues-and-action/child-and-youth-protection/upload/The-Nature-and-Scope-of-Sexual-Abuse-of-Minors-by-Catholic-Priests-and-Deacons-in-the-United-States-1950-2002.pdf p.41

[48]https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/10538712.2017.1336505?casa_token=SGrvaYeKRboAAAAA:3rASp067le8aOPxuJ4jnYaCqWEqrWy0k0gzOA9OM7BxQk0J8hG-ekh50qidzgGmJCn78Bzwvip00

[49] http://www.ncregister.com/site/article/a_history_of_abuse_and_response_to_it

[50] http://www.usccb.org/issues-and-action/child-and-youth-protection/upload/the-causes-and-context-of-sexual-abuse-of-minors-by-catholic-priests-in-the-united-states-1950-2010.pdf p.119

[51] https://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/marne-trois-mois-de-prison-avec-sursis-pour-un-couple-ayant-calomnie-un-pretre_2064407.html

https://www.archstl.org/by-the-grace-of-god-father-joseph-jiang-makes-it-through-fiveyear-quest-to-clear-his-name-1458

https://www.irishtimes.com/news/co-louth-priest-cleared-of-abuse-allegation-1.16656

https://www.independent.ie/lifestyle/i-survived-a-priests-worst-nightmare-26891176.html

https://www.nj.com/mercer/2012/01/priest_cleared_of_sexual_assau.html

http://www.bigtrial.net/2016/07/msgr-lynn-free-man.html

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :